Menu

DSM: la bible des angoisses aux oubliettes

DSM DANGER

3 points nécessaires et un scoop sur le DSM

  1. Le DSM qu'est-ce que c'est ?
  2. Pourquoi est-ce que j'en parle ?
  3. Consulter ce livre est-il profitable quand on a des angoisses, ce livre est-il fiable ?
  1. Le DSM qu'est-ce que c'est ?

Le DSM (Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux), est un livre de classification. Il est considéré depuis 1980 comme une référence pour traiter diverses affections dont les angoisses, les troubles de l’anxiété et le stress, la dépression etc. C'est la "Bible" des maladies mentales des médecins, des psychiatres. Pourquoi est-ce que j'en parle ?

De nombreuses personnes se servent du DSM pour comprendre ce qui leur arrive.

Les patients pensent trouver dans cet ouvrage le nom de leur trouble et le moyen d'y remédier. Moi même, je suis en général très attirée par les ouvrages médicaux et on peut dire que plus c'est compliqué et plus ça m'interesse... A l'époque, je me suis donc procuré un exemplaire pour comprendre de quoi souffrait mon ex mari... Avec internet, nous avons tous le réflexe de chercher des réponses par nous même soit par un site, soit par un livre qui nous y est conseillé. Bref

Or, le DSM est tombé de son piédestal.

Cela change tout pour les angoissés "traités" avec des protocoles médicaux et psychiatriques établis sur les critères de cet ouvrage.

Consulter ce livre est-il profitable quand on a des angoisses, est-il fiable ou non ?

La réponse est non. C'est la conclusion

  • LE CONTEXTE  social et personnel est primordial dans la guérison des angoisses surtout dans le cadre des angoisses les plus communes : les angoisses conditionnelles.
  • Le DSM est désormais récusé par la profession. J'affirme quant à moi depuis des années qu'il est inutile et dangereux.
  • Les diagnostiques d'angoisse qui sont posés sont erronés car établis à partir d'une classification de symptômes de référence (DSM) qui est:
    - non-exhaustive, c'est à dire qu'elle ne traite pas du sujet d'étude à fond et sans rien omettre
    - qui constitue un labyrinthe bien plus propre à fausser les problèmes qu'à les résoudre
    - une promotion orchestrée en grande partie par les laboratoires pharmaceutiques, Big Pharma
    - collecté initialement depuis un manuel diffusé par l'Armée de terre des États-Unis

Le célèbre DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est désormais inutile et dangereux

Ce qu'ils en disent :

Wikipédia donne la signification de ce sigle puis rapporte les propos édifiants des psys eux-mêmes (ceux qui sont compétents) sur la fiabilité du DSM.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (également désigné par le sigle DSM, abréviation de l'anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est un ouvrage de référence publié par l'Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association ou APA) décrivant et classifiant les troubles mentaux.

Il faut déjà savoir que cette association est sujette à caution: autoproclamée, elle affirme des choses sans vérification scientifique. C'est une antenne-relais des labos, de manière notoire.

En outre, le manuel évolue initialement à partir des statistiques collectées depuis des hôpitaux psychiatriques - où des individus sont enfermés parfois sur simple demande d'un conjoint ou d'une patrouille de police - et depuis un manuel diffusé par... l'Armée de terre des États-Unis.

Largement utilisé, le manuel fait toutefois l'objet de critiques. Des psychanalystes considèrent qu'établir des statistiques fiables sur des troubles dont seul le côté visible est pris en compte est sujet à caution, que c'est changer l'origine des troubles en cause.

Le psychiatre Henri Ey :

On ne peut pas tenir ces énumérations pour le moindre essai sérieux de classification. Il s'agit d'un « pot-pourri » inextricable de « items » en nombres presque infini, destinés, nous dit-on, à mettre de l'ordre dans les statistiques; elles constituent un labyrinthe bien plus propre à fausser les problèmes qu'à les résoudre.

Le professeur E. Zarifian:

Le symptôme est apparemment univoque pour celui qui ne le considère que d'une manière comptable ; et c'est à cette dimension comptable que conduit l'usage du DSM. La situation devient caricaturale : on réduit la souffrance d'un être unique à un symptôme, décrit dans un catalogue et on ignore son contexte social ou personnel.

Ce que confirme Daniel Lemler:

Voilà le DSM promu en nosologie psychiatrique !

Nosologie: Discipline médicale qui étudie les maladies afin de les classifier.

Nous lisons bien: "diffusé par l'Armée de terre des États-Unis"... et "promotion orchestrée en grande partie par les laboratoires pharmaceutiques "

Le site Psychisme.org:

Les seuls avantages que l'on puisse trouver au DSM est de fournir un descriptif très détaillée des manifestations cliniques de type psychiatrique et de proposer une échelle globale de fonctionnement qui rend assez bien compte du degré d'invalidation causée par les troubles. L'utilisation du Manuel permet de produire des descriptions cliniques précises, sur lesquels un accord est possible. Malheureusement il n'est pas fiable, sauf dans quelques cas précis auxquels il est adapté.

Il a pour inconvénient la parcellisation clinique, l'élimination de l'histoire individuelle et de l'étiologie, ce qui est inacceptable. Il aboutit à un codage syndromique qui n'est absolument pas un diagnostic. Un diagnostic en médecine depuis la fin du XVIIIe siècle ne s'établit pas de manière purement classificatoire et empirique, mais par la mise en œuvre d'une conception étiologique appliquée au cas individuel.

Ce manuel qui se prétend "diagnostique" ne l'est pas. C'est plutôt un système de codage des syndromes et traits de caractère, résultat de l'idéologie béhavioriste, qui a ensuite été institué en instrument de contrôle administratif. Il n'est que moyennement adapté au contrôle administratif puisqu'il institue des biais ; il ne l'est pas du tout pour une évaluation du psychisme humain.

DSM DANGER

Le DSM, bible controversée

Le site Philosophie, science et société:

Les intentions annoncées pour élaborer le DSM sont excellentes : donner une vue d'ensemble globalisante de la personne et améliorer la fidélité de l'instrument clinique de façon à ce qu'un accord soit possible entre praticiens. Malheureusement, le résultat n'est pas conforme au but annoncé.

  • Manuel dit :

    Ce DSM est une catastrophe de manière générale. On ne prend plus en compte la personne mais ses symptômes !

  • Philippe dit :

    Et encore un livre à la poubelle! Chaque personne est différente, on ne peut appliquer les mêmes recettes à tout le monde sous prétexte qu’il y ait similarité de symptômes. Un livre dangereux, et nocif.

  • >