Angoisse de rentrer à la maison

Moi aussi, j'ai souvent eu l'angoisse de rentrer chez moi. C'est fini.

Aujourd'hui mon foyer me ressource, je m'y sens bien, il me manque quand je suis longtemps loin de chez moi. (Diane)

J'entends fréquemment ceci :

  • Diane, j'ai souvent l'angoisse de rentrer chez moi. (Marc)

 

  • Ma maison est devenue un enfer (Hélias)

 

  • Je n'arrive même plus à être bien chez moi (Tess P)

 

  • Des fois, je traîne, je reste dans ma voiture, je me cherche mille choses à faire pour rentrer chez moi le plus tard possible. (Julien)

 

  • Au moment de rentrer à la maison, je stresse, il m'arrive même de pleurer. (Amandine)

 

  • Je n'ai aucune envie de rentrer avec tout ce qui m'attend chez moi. (Sarah)

Nous allons voir dans la suite de cet article

En finir avec les angoisses 

SANS psy, SANS médocs 

  • quelles sont les raisons de ce malaise
  • que faire en cas d'angoisse du retour chez soi

Terrible d'éprouver de la douleur, du stress, au moment de rentrer dans sa maison, dans son appartement, dans son foyer. C'est un sentiment d'échec, une impression d'être en exil,  sans refuge. Son lieu de vie peut être une prison, une douche de solitude, ou au contraire un hall de gare bruyant où l'on est jamais en paix.

Problème "j'ai l'angoisse de rentrer chez moi"

Raisons de cette angoisse les plus souvent évoquées et premières ébauches de réponse:

  • "Je m'ennuie"

Nous allons apprendre à avoir des tas de choses intéressantes à faire en cas d'ennui chez soi.

  • "J'ai trop de travail".

Que faire pour avoir moins de choses à faire en cas de surcharge domestique ?

  • "Chez moi, j'ai trop de pression".

Comment s'isoler chez soi physiquement et psychologiquement en cas de stress et de pression familiale ? Comment se débarrasser de cette pression ?

  • "Je me lasse, j'en ai marre de tout, même de chez moi".

Comment retirer des bienfaits d'avoir beaucoup de détachement vis-à-vis de son propre avis ?

Il est bon de réfléchir à tout ce que vous avez fait pour avoir ce foyer.

Par exemple, imaginez que vous arriviez chez vous et que tout ait brûlé dans un incendie ou que quelqu'un se soit installé à votre place.

  • "Je me sens comme le vilain petit canard chez moi et personne ne le voit"

Comment parler de cette angoisse à sa famille pour que les choses changent ?

  • "Je ne suis jamais satisfait(e), je préfère toujours être ailleurs que chez moi".

Réfléchir à la chance d'avoir un toit sur la tête. Il vaut peut-être mieux un toit qui fuit que pas de toit du tout ?

  • Je ne me sens pas aimée à la maison, mon compagnon me délaisse. Je me sens seule partout mais chez moi c'est encore pire. Ça fait trop mal.

La solitude en couple, comment en parler à son partenaire ? Comment changer les choses ?

  •  Ma famille me rabaisse, mes enfants me prennent pour leur bonne, je préfère mon chien ! être en balade avec mon chien, j'ai toujours un peu mal au cœur quand il faut que je rentre chez moi.

Ce sont les gens avec qui nous vivons qui font de notre maison un lieu spécial, un lieu unique.

Quand on a des enfants, ce lieu peut se transformer en champ de bataille, en esclavagisme domestique où il n'y a que des corvées à faire. Beaucoup, beaucoup de femmes ont envies de passer la porte et ne plus jamais revenir. Cela provoque beaucoup d'angoisse car la culpabilité est très grande. Beaucoup d'hommes aussi feraient bien comme leurs homologues devenus autocentré : claqué la porte pour aller rejouer leur adolescence ailleurs.

Angoisse de rentrer chez moi ou angoisse du retour

Ça y est, vous avez fait tout ce que vous aviez à faire à l’extérieur de la maison, dans le quartier ou en ville. Il ne vous reste plus qu'à rentrer chez vous. Mais voilà, cette seule idée vous angoisse.

Soyons clairs : que vous soyez en famille ou seul(e), si vous vous dites fréquemment: "je n'ai vraiment pas envie de rentrer chez moi, cela m'angoisse", c'est que vous avez de sérieux problèmes dont il va falloir s'occuper au plus vite.


Il est impensable de continuer à vivre la majorité de votre temps en un lieu qui vous fait souffrir.


Certaines choses doivent changer.

Comme pour beaucoup de personnes qui étaient dans votre situation, elles vont changer mais probablement pas sans notre aide.

Votre foyer doit être ou redevenir un lieu agréable, un refuge, une source de plaisir. Vous en avez besoin. Le contraire est malsain, source de malheur et de maladie.

Certes, le logis en lui-même, son éventuel inconfort, sa déco triste (vieux papiers peints défraîchis, meubles usés, moches), son emplacement (trop près de la ville ou trop éloigné), son exiguïté ou tout un tas d'autres critères matériels vous ont peut-être amené(e) à éprouver de la lassitude puis du dégoût pour votre lieu de vie.

Mais il arrive aussi que de grands et beaux appartements ou de belles maisons à la campagne ne soient pas plus source de bien-être.

J'avais moi-même deux belles maisons. Deux maisons rénovées et construites de mes mains. Près de chez ma mère, ces maisons, c'était vraiment là que je voulais vivre, élever mes enfants, faire ma vie de femme. J'avais un grand jardin, deux piscines, un petit bois attenant, tout était là pour que ce soit le paradis.

Hélas...

La beauté, le charme et le confort du lieu de vie ne suffisent pas à faire que quelqu'un se sente vraiment bien chez lui.

D'autres problèmes  sont en jeu :

  • comportement des habitants de ce foyer, des membres de la famille,
  • le voisinage,
  • le coût de la vie qui vous interdit toute sortie et qui fait de votre maison une prison.
  • l'éloignement, le coût des déplacements qui empêchent d'avoir des loisirs variés et bons.

Souvent dans d'autres cas d'angoisse du retour à la maison, les deux aspects sont réunis ; non seulement les murs ne vous plaisent plus mais, en plus, l'ambiance familiale est mauvaise.

Là vraiment, ça fait beaucoup.

Une troisième possibilité est que tout va bien dans votre foyer mais, au fond, vous ne vous y sentez pas à votre place, quelque chose vous échappe, vous pensez que vous n'étiez pas destiné(e) à vivre comme ça.

Vous avez comme une envie de partir, de vivre ailleurs, de ne plus faire cette même route que vous connaissez par cœur.

Vous avez peut-être envie de surprises, de nouveautés. Or chez vous, vous avez l’impression que tout vous est connu : personnes, couleurs, routine de l'emploi du temps etc.

Pour ne plus avoir "l'angoisse de rentrer chez moi"

Voyons. D'abord cette raison: parce que je m’ennuie chez moi

L'ennui est lié au manque de stimulations.

Si vous vous ennuyez profondément chez vous et que même les réseaux sociaux n'arrivent plus à vous occuper, à vous contenter (ce qui est plutôt une bonne chose) posez-vous cette question : qu'est-ce que j'aime vraiment faire au saut du lit ?

Quelle est l'activité qui me plaît le plus, juste après mon réveil ?

  • Aller prendre un petit-déj' chez une amie ?
  • Emmener les enfants faire une petite balade ?
  • Aller à la piscine ?
  • Continuer quelques chapitres du livre qui me prend aux tripes en ce moment ?
  • M'asseoir sur la terrasse, sur le balcon et réfléchir, me poser un peu avant d'attaquer la journée ?

Faites-vous un rituel du matin des plus agréables.

Aimez-vous la musique ? Faites-vous plaisir, chargez vos morceaux préférés, de la musique qui vous donne de l'entrain, qui vous donne le sentiment que vous allez vivre de grandes choses.

Pourquoi pas une longue douche bien chaude en écoutant votre émission de radio culturelle préférée ?  Allez profiter un peu de votre jardin, regarder, sans penser à rien, la vie de la rue qui se déroule sous vos yeux ou les spectacles de la nature devant vos fenêtres en respirant profondément, en sentant le point de contact entre vos pieds et le sol.

Le principal est que cette première activité matinale soit un vrai choix personnel. Quelque chose de simple mais qui vous donne beaucoup de joie, de paix, de peps.

L'ennui ça démarre dès le lever. L'ennui est déjà dans votre tête au réveil parce que des choses sont trop figées, rien ne vous fait vraiment décoller ni du lit ni d'ailleurs ou plus assez.

Il n'y a ici aucun marqueur de bonheur, si l'on compare cela à l'habitude de se réveiller à 6 h du matin, déçu qu'il ne fasse pas encore jour pour démarrer la nouvelle journée...

Se réveiller et avoir hâte de retrouver vos activités et les personnes que vous aimez.

Répondre à cette question, c'est répondre à une autre tout aussi importante : qu'est-ce qui me manque dans cette maison, dans cet appartement ?

Qu'est-ce que je n'ai pas à l’extérieur, qui me permettrait de rentrer dans mon intérieur avec plus de plaisir ?

Une fois que vous avez répondu, offrez-vous ce plaisir tous les matins si cela est raisonnable et possible.

Apprenez à avoir des tas de choses agréables à faire. Ça a l'air trop évident pour être redit et pourtant. Les plaisirs personnels sont rangés au placard trop souvent. On a beau dire que nous sommes une société du loisir, à la maison, il en va autrement. Les plaisirs sains qui devraient être au centre de la vie de la famille, au centre de la vie individuelle d'une manière équilibrée passent après les responsabilités et les obligations diverses.

Les journées ne font que 24 heures. On ne peut pas tout faire, on ne peut pas tout avoir.

Arrêtons d'être des enfants qui croient avoir des supers pouvoirs. Ce laps de temps nous oblige à des choix.

Il faut choisir ce qui tend au bonheur commun et ce qui tend au plaisir individuel. Dressez une liste de priorités ou, au moins, faites revenir petit à petit dans le quotidien des activités valorisantes, plaisantes et inédites ! Redisons-le : l'ennui est lié au manque de stimulations adéquates.

Dans la journée aussi, il y a tant de moyens de stimuler votre esprit, vos sens, votre âme.

Un petit truc anodin mais pertinent : les odeurs ont un très fort pouvoir de détente sur le corps. Votre intérieur sent-il bon ? Avez-vous plaisir à sentir l'odeur de votre maison sur vos vêtements ? Cette odeur devrait vous donner envie de rentrer chez vous.

La routine vous vide. La médiocrité de ce que vous vivez en tout ou en partie vous rend nerveux, mal à l'aise.

Changer ses habitudes n'est pas aisé mais c'est pourtant le seul remède contre l'ennui. Creusez-vous la tête, cherchez des idées sur internet ou réservé votre place pour faire le point avec Diane.

Choses à faire avant de partir pour avoir du plaisir à revenir à la maison

Avant de partir au travail, il est bon aussi de s'offrir une douceur, une douceur  que vous pourrez retrouver à votre retour chez vous.

Lire une citation ? Apprendre par cœur la suite d'un poème court ? Apprendre trois mots de plus d'une langue étrangère?

Pour avoir le plaisir de rentrer chez soi, il faut y avoir laissé une activité plaisante en suspens. Vous devez partir au travail ou en course un peu frustré(e).

Autre raison : j'angoisse de rentrer chez moi parce que

  • j'ai trop de choses à faire chez moi.

Apprendre à avoir moins de choses à faire en cas de surcharge domestique c'est possible.

Parce que je m'y sens envahi, je suis trop sollicité, j'étouffe

  • apprendre à s'isoler chez soi physiquement et psychologiquement

Parce que j'oublie peut-être un peu vite qu'avoir un toit sur la tête est un luxe que certains n'ont pas

  • réfléchir à la chance d'avoir un toit sur la tête

Parce que je regarde avec obsession ce qui me manque et pas assez ce que j'ai encore

  • avoir beaucoup de détachement vis-à-vis de son avis, méditez sur tout ce que vous avez fait pour avoir ce foyer

Parce que je ne me rends plus compte de la valeur de cet endroit qui est pourtant sûrement le lieu de mon indépendance, ou le point de départ d'une nouvelle direction, l'endroit que j'ai choisi pour m'établir un temps...

Faut-il que vous déménagiez ? Que vous quittiez ce pays où vous n'êtes pas heureux ?

Imaginez que vous arriviez chez vous et que tout ait disparu dans les flammes...Imaginez que quelqu'un d'autre se soit installé à votre place... cela ne vous ferait-il pas bizarre ? Ne revendiqueriez-vous pas la possession de cet endroit ?  Toutes vos affaires personnelles, vos vêtements, vos photos, vos livres, vos souvenirs et votre lit ne se trouvent-ils pas là ? N'est-ce pas vous qui avez mis la main à la poche pour que cet endroit soit plus agréable ?

Quand vous partez de chez vous, il y a toute une partie de vous qui reste sur place. N'est-ce pas plutôt cette partie de vous que vous n'avez pas envie de retrouver ?

Parce que je me suis replié sur moi-même ; parce que je n'ose pas parler de ce problème à ma famille pour que les choses changent.

L'angoisse de rentrer chez moi

Sauvez = partager
  • Noëlle dit :

    Je me suis lancée dans le jardinage et du coup il est beaucoup plus agréable d’être chez soi ! MERCI Diane.

  • Danette dit :

    Épuisée, saturée moralement, j’ai tout donné plus n’ai plus de provisions, hélas…..
    Changer de décors m’est interdit, mon enthousiasme et mes projets se meurent, je n’ai plus l’envie d’avoir envie…
    CHEZ MOI, JE SUIS INVISIBLE !

    • Diane dit :

      Bonjour Danette, oui tout donner et pourtant être délaissée, ignorée… J’ai bien connu ça et par ailleurs, dans les familles, c’est assez fréquent. Un membre se sent transparent. Je vais vous dire comment faire pour redonner vie à votre « terreau ». Aucune terre desséchée, épuisée ne peut être productive. Il serait naïf d’en attendre quoi que ce soit sans rien faire, sans l’enrichir, la nettoyer des toxiques et l’arroser abondamment. Par ailleurs, cette fatigue mentale est comme une fuite de canalisation. Vous avez beau faire, le niveau ne sera pas suffisant pour avoir assez de pression à la sortie, à moins de colmater les brèches. Et Dieu sait qu’il faut avoir un peu de pression dans les veines pour faire tout ce que l’on veut faire de passionnant dans la vie ! Vous allez très bien vous en sortir. Vous ne serez plus « invisible ». Vous pouvez regarder l’article . Allez sur la page d’accueil et suivez ce qui vous est indiqué.

  • >