Pourquoi il ne faut pas se projeter sur l’obstacle, qui est angoissant

Se fixer sur le moment difficile que vous redoutez est une erreur. Vous n'êtes pas un commando marine ni membre du GIGN, si ? Il ne faut pas se projeter sur l'obstacle. Même si vous en êtes. Voici pourquoi.

Vous faites une fixation, et plus l'échéance approche, plus vous la redoutez.

Mauvaise tactique.

Il y a mieux à faire que de regarder ce moment dans le blanc non pas de vos yeux, mais de votre peur.

S'entraîner

Tout d'abord, travaillez. Travailler est un bon antidote à l'angoisse de l'événement, quel qu'il soit. Cet événement ne sera pas votre exécution capitale et si vous vous comportez convenablement, vous en sortirez grandi, avec les honneurs.

Les légionnaires survivants à Camerone, ayant perdu  les 9/10ème de leurs camarades, s'en sont tirés ainsi : avec les honneurs. Perdants, mais la tête haute, car ils s'étaient battus jusqu'au bout.

Vous allez affronter cet événement et franchir l'étape.

Pour réussir, qu'il s'agisse de votre mariage, de la première de cette pièce de théâtre, de cet entretien d'embauche, de cette télé, de ce stage commando, de ce discours à l'académie, vous allez vous préparer.

Mais vous devrez aussi éviter de penser à ce qui va se passer pour vous.

Pourquoi il ne faut pas se projeter sur l'obstacle

Si vous vous concentrez là-dessus, vous allez angoisser. C'est fatal. Comme la souris qui regarde le chat et ne bouge plus.

Ne regardez pas la lumière éblouissante. Approchez-la par la périphérie. Et la périphérie de l'événement, c'est tout ce qui l'entoure.

Vous devrez penser à tous les aspects techniques, vous concentrer dessus : le son, le costume, la scène ou l'estrade. Si vous avez des amis ou des collègues qui s'en occupent (accessoiristes, organisateurs, techniciens de la lumière ou du son...), allez donc vous y intéresser, vous apprendrez des choses et leur tranquillité vous calmera, vous aurez le sentiment qu'ils savent ce qu'ils font. A moins que vous remarquiez quelque problème technique, ce qui ne pourra que renforcer vos liens et le sentiment d'être épaulé. Et si vous remarquez une incompétence, alors cela relativisera votre crainte, en distrayant votre attention.

Se préparer, c'est crucial

Le tout, c'est de ne pas se projeter en avant sans vous préparer. Ne pas se projeter du tout est le mieux. Mais si vous ne pouvez vous en empêcher et que cet obstacle est en permanence dans votre esprit, travaillez, préparez l'échéance.

C'est vous qui savez, c'est vous qu'on attend. Relaxez-vous: les gens du public ont mille autres choses en tête, ils ont leurs factures, leurs amis, leurs emmerdes, ils oublieront la soirée si elle est médiocre, ils ne vous en voudront pas.

Il s'agit d'une rencontre avec le président du groupe ou celui que vous pensez être l'homme de votre vie ? En ce cas, choisissez le naturel, mais version haut de gamme, ne vous laissez pas aller non plus, soyez le gendre idéal, l'employé impeccable.

Pour ce faire, notez sur une feuille (et non sur votre téléphone) les 10 qualités les plus importantes à manifester.

La relation au public ne présente que des avantages. Si vous êtes passable, il vous oublie. Si vous êtes bon, il ne vous oublie pas. C'est ainsi que des stars font carrière durant 60 ans : ils bénéficient de l'oubli quand ils sont mauvais. Et si vous regardez bien, tous les artistes, tous les politiques se sont plantés magistralement au moins une fois.

D'ailleurs, un bon artiste a le droit de se planter. De Niro a fait deux bons films en tout et pour tout. Ray Charles a fait des nanards, les Queen aussi, et Mozart a produit de la soupe. Vous ne serez pas le premier. Même Yes n'a bien travaillé que durant 5 ans. Souvent, on dit à ces artistes: vous avez au moins le mérite d'exister...

A la rigueur, dites-vous que votre échec ou votre réussite, tout le monde s'en fout.

Ne faites pas non plus un burn-out

Un vieux truc d'entraîneur consiste à reposer leur poulain, à le ménager à l'approche du grand jour. Sachez vous arrêter, penser à autre chose, vous distraire. Dormir surtout car c'est dans le sommeil que vous captez le plus d'énergie.

Et si vous n'avez pas le temps ?

Si vous n'avez pas le temps de vous préparer et que l’événement est pour demain, que faire ? Vous préparer quand même. L'essentiel est qu'il y ait au moins une nuit qui vous sépare du moment fatal.

Si ce n'est pas le cas, reposez-vous, dormez.

En général, refusez les prestations le jour même. Vous pourriez regretter de vous être lancé à l'aveugle, sans avoir médité votre coup.

Dites-vous que ce n'est pas si important

La crainte de l'événement relève aussi largement de l'excès d'importance qu'on lui donne. Levez les yeux au ciel, il y a des milliards de galaxies grandes comme un  million de fois la Voie Lactée. Allez-y le cœur léger. Soyez un petit enfant.

 

remy de no-angoisse


Diane No-Angoisse

Related Posts

Facteurs environnementaux source d’angoisse

Angoisses: Les gens, les Parents toxiques

Page [tcb_pagination_current_page] of [tcb_pagination_total_pages]

  • Anne-Marie dit :

    Bonjour Rémy , même si je vois ce que vous voulez dire, je ne vois pas comment je vais m’en sortir ! j’ai jamais travaillé pour élever mes enfants, je n’ai pas de biens, pas de métier, ils sont partis dans leur vie maintenant, et la mienne c’est devenu une vie de couple qui ressemble à l’enfer, des reproches sur tout, la méchanceté. Je veux partir depuis plusieurs années, j’en ai marre d’entendre « si t ‘es pas contente la porte est grande ouverte, la sortie c’est par là, t as les restau du cœur tu mangeras vas, toute façon t ‘as des kilos en trop ! ». Je déprime, je pleure; je dors mal, je vis mal et j’ai quand meme trop peur de partir. Mon amie d’enfance m’a donné ce site à regarder, c’est vrai que ça me fait comprendre un peu de choses sur moi mais j’arrive pas à me dire que c’est pas si important comme vous dites. je me vois pas capable d’affronter tout ça.

    Reply

    • Bonjour, Anne-Marie. On se pose une minute vous voulez ? Vous êtes « confinée » si je puis dire, dans l’Angle de cette angoisse qui n’est pas une angoisse de couple mais une angoisse d’autonomie. Plus rien n’est possible pour le moment. Il est évident que se battre sans arme est inégal. Vous dîtes: « j’ai jamais travaillé pour élever mes enfants, je n’ai pas de biens, pas de métier ». Nous vérifierons ça mais il y a peu de chance qu’une femme, une mère et une épouse soit aussi dépourvue de savoirs faire ! Un homme qui vous traite ainsi ne vous aime pas. Il vous fait donc vous sentir incapable de vivre sans lui car malgré ses dires, ce monsieur est plus dépendant de vous que vous de lui. J’ai connue exactement la même situation. C’est difficile à croire mais c’est ainsi, sinon vous ne seriez plus ensemble enfants ou pas. Il a d’une manière ou d’une autre besoin de vous mais c’est sont plus grand désespoir ! Alors, il vous le fait payer sûr que vous ne pourrez partir faute d’argent et de confiance en vous et en votre avenir. On ne peut rien faire crevé. Cette fatigue c’est votre cœur qui s’enlise. Le moteur s’essouffle. Mais il n’est pas utile de tout changer tout de suite. Sauf danger vital, il existe des tas de bonnes raisons de rester vivre un certain temps « avec un salaud ». Un article traite de cette question. Pour l’heure, rassurons votre Cœur, réengageons votre Cerveau ! Les angoissés ne se contentent pas de méditation ou de citation en tout genre, il faut reprendre chaque « sécateur naturel » afin de couper les liens faibles, les liens inutiles, les liens qui étouffent.

      Reply

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Envoyer un message à Diane, maintenant 

    >