Guérir les angoisses 

SANS psy, SANS médicaments

Ce livre me conduit vers la guérison progressive. Une guérison durable, sans psy, sans médocs.

Cet ouvrage de 52 pages fournit l'essentiel des techniques ​pour détruire l'angoisse de manière méthodique​. Qu'il s'agisse d'argent, de la relation conjugale, du stress de la vie moderne, du trac maladif de certains métiers, de l'angoisse liée à un passé, de l'angoisse de rentrer chez soi, d'être mère ou père, de vieillir ou toute autre angoisse appartenant aux principales catégories recensées, le livre vous donne déjà les premières pistes pour arranger concrètement les choses.

On ne se défausse pas en prétendant que tout est dans votre tête, à la manière des psys, mais on commence déjà par nettoyer les conditions extérieures réelles.Il est évident que si j'ai un conjoint qui m'angoisse, ce n'est pas en travaillant sur moi-même seulement que les choses vont changer. Il faut bien trouver une solution dans la vie réelle. De même si j'ai un problème d'argent, comment au moins en gagner un peu ou davantage, de manière à être moins angoissé ?

Sous la forme d'un PDF de 52 pages, cet ouvrage exclusif de Diane, fournit l'essentiel des techniques pour détruire l'angoisse conditionnelle de manière méthodique. Qu'il s'agisse d'argent, de la relation conjugale, du stress de la vie moderne, du trac maladif de certains métiers, de l'angoisse liée à votre passé, de l'angoisse de rentrer chez soi, d'être mère ou père, de vieillir ou toute autre angoisse appartenant aux principales catégories recensées ci-dessous, Diane vous donne la procédure à suivre pour avancer, pour vous défaire de vos angoisses sans chimie, sans psy.

On ne se défausse pas en prétendant que tout est "dans votre tête", mais on commence déjà par nettoyer les conditions extérieures réelles. Il est évident que si vous avez un conjoint qui vous angoisse, ce n'est pas en travaillant sur vous-même seulement que les choses vont changer. Il faut trouver des solutions dans la vie réelle. 

Le livre s'adresse à ceux qui ont des angoisses dans les domaines suivants:

  • Argent
  • Solitude
  • Problèmes de couple
  • Peur du futur
  • Changement de vie
  • Angoisses liées à la grossesse
  • Deuil, proche difficile
  • Vieillissement
  • Tromperie
  • Procès
  • Manipulation
  • Codépendance
  • Hyperémotivité
  • Phobie scolaire
  • Maladie
  • Adoption
  • Accueil d'enfants
  • Difficultés parentales
  • Adolescents, jeunes gens perdus
  • Papa désemparé
  • Parent solo
  • Maman débordée
  • Etc.
  • Ce livre s'adresse à tous ceux qui ne sont pas fous mais qui ont des angoisses, légères ou graves et qui veulent savoir par où commencer pour s'en sortir maintenant.

    Les premières pistes sont dessinées avec ce livre incisif de Diane, écrit avec passion et souci de la vérité, sur la base de ses recherches et travaux, de ses expériences personnelles et professionnelles 

    35 

    choses angoissantes
    à ne plus tolérer dans votre vie

    Cet achat est garanti satisfait ou remboursé. ​Dans les 24 heures suivant l'achat, vous nous écrivez en disant que vous souhaitez être remboursé, c'est tout. Notre principe: aider tous ceux que nous pouvons. 

      "35 choses angoissantes à ne plus tolérer dans votre vie"         Extrait (préambule, page 8)

    (...) Dans ce processus de réparation, le corps sera restauré. C’est le terreau. Le Cadre. Un terreau empoisonné condamne toute la plante d’avance.

    Croyances : nous croyons en masse, depuis l’apparition de la psychanalyse, que le terreau d’un individu c’est son passé, son enfance, ses souvenirs, ses émotions enfouies, les assises de sa personnalité et que ces assises sont loin, difficiles à changer, qu’il faut faire le décompte de tout ce qui a pu faire mal, du mal subit, pour faire du bien maintenant. C’est une croyance fausse. Le postulat du monde psy est faux. Depuis quand le mal fait-il du bien ? Revivre un mal, c’est revivre un mal. Point.

     Bien avant mes études sur le sujet des angoisses conditionnelles, j’ai vécu un certain nombre de séances de thérapie psy pendant lesquelles j’avais encore une fois raconté mon histoire, et au terme desquelles je me suis sentie frustrée de n’avoir eu aucune avancée judicieuse, pas même minime dans ma vie quotidienne.

    Se soulager, apaiser une tension, ce n’est pas guérir. Or, si on va à ces séances, dès le premier jour, c'est pour guérir. Ce que l’on veut c’est ne plus avoir d’angoisses. Et cela, on l'oublie, parce que le psy nous embrouille avec adresse : il nous convainc que guérir, régler son problème d'angoisse sur le champ n'est pas la question. On se trompe de chemin avec presque tous les psys, parce que les postulats sont faux. On ne guérit pas en revivant le passé. "Même en "travaillant dessus" ?" Oui, même en travaillant dessus, car travailler sur son passé n'aide pas les angoissés conditionnels et très peu les autres. J'ai compilé beaucoup de témoignages qui prouvent le désespoir des patients vis-à-vis de leur psychothérapie. On n'en parle pas. Ni les psys bien sûr, ni les malades, qui ont souvent ​honte ou refusent de se dire qu'ils ont dépensé des milliers d'euros en pure perte. Auriez-vous envie de faire savoir: je suis trop "malade" même les psy ne peuvent rien pour pour moi" ? Non, les gens se taisent. Ils essaient autre chose ou ils baissent les bras. 

    Le saviez-vous ? Le taux de réussite des psychanalystes est de 5 à 7% en moyenne : très faible. Ridicule. Scandaleux. En fait, Freud s'est trompé. Creuser le passé n'est pas la solution. Pas dans 90% des cas.

    On croit que l’individu est comme l’Histoire: son passé, inéluctablement, ferait son avenir. On entend : « Connaître l’Histoire, c’est pouvoir créer un avenir meilleur. » C’est oublier un élément crucial : si on ne fait rien, savoir l’Histoire est sans utilité. C’est même angoissant. En outre, chez le psy, vous parlez. Vous ne faites rien. Or, votre guérison passera obligatoirement par une suite d’actions. Mais pas n'importe lesquelles. 

    J'ajoute, qu'on ne peut même affronter son passé que si l’on est fort, et la force elle-même provient d’actions concrètes, d’une maîtrise de sa vie. De choses dont on peut être fier en les regardant. Il vaut bien mieux ne rien savoir si on n’a pas la force de le supporter. Bien des gens sont même détruits par leur psychanalyse. La société freudienne est une société suicidaire. Cela saute aux yeux. ​Claude Bourguignon explique qu'en agriculture, il faut éviter d’enfoncer le soc de la charrue dans la terre ; de la même manière, il faut éviter d’enfoncer le soc de l’analyse dans la mémoire et l’inconscient de l’individu.

    L’humanité connaît de mieux en mieux les événements majeurs de son passé pourtant, les choses ne s’arrangent pas franchement. Qu'en déduire ?

    Que tirer les leçons du passé, ce n’est pas construire un avenir fantastique. C’est juste savoir et juger. Pour construire, il faut de la force, de l’énergie, de l’action, un plan, un but. Et surtout pas de l’auto-contemplation à n’en plus finir. D’où l’épidémie d’angoisses chez des gens qui ne sont ni fous, ni fragiles, ni hypersensibles1comme on aime souvent à étiqueter la plupart des angoissés.  Oui, une grande sensibilité existe peut-être, non cette sensibilité n'explique pas la venue d'une maladie soit disant inéluctable et quasi incurable dans ce monde méchant: l'inadaptation émotionnelle, l'angoisse.  Nous parlerons du cœur dans la suite de ce document.

    L’avenir a ​ses mobiles2que le passé n’a pas.

    Combien d’enfants et d’adolescents ai-je vu se relever une bonne fois pour toutes seulement parce que leurs conditions quotidiennes intérieures et extérieures ​présentes avaient changé significativement et durablement ? Des dizaines. Leur passé n’était pas la clé. L’être humain n’est pas qu’une histoire dans l’Histoire. L’avenir général garde sa part de mystère. Pourtant, ce mystère du lendemain encourage ceux qui vont bien à l’espérance et à l’action, pas à la nostalgie ou à l’introspection sans fin.

    Nos assises :

    Je dis, depuis des années, le contraire de ce que nous rabâche cette société sur-psychiatrisée : nos assises mentales et corporelles sont dans le présent, elles sont même si présentes, si ​"à fleur de peau" qu’on les sent "à nues" et qu’un rien, pensons-nous, peut nous les faire perdre. On craint  "la goutte de trop qui fait déborder le vase", l'incident qui nous ferait sombrer dans la petite folie. Dans l'angoisse nous avons peur de perdre ce qui nous reste d'assise​. 

    La psychanalyse ou la psychologie (comme l’obstétrique) continue son travail scandaleux de désinformation. On voit bien que la société américaine sur-psychiatrisée ne marche toujours pas, après 100 ans de thérapie généralisée ! On travaille sur le psychisme alors que la machine est encrassée chaque jour, continuellement. Cette liste...

    ------------------------------------

    1: Retrouvez un article complet sur l’hypersensibilité des angoissés sur le site 

    2: Les mobiles sont les objectifs, les buts, les récompenses attendues, les espérances, les avidités, les envies, les désirs.

    >